Panneaux publicitaires : la nouvelle pollution visuelle 

01/02/2020

Sur pied, sur mur, 4 x 3, 7 x 3, électriques, fixes, rétro éclairants, enseignes, pré enseignes ... les panneaux MULTI 

Formes

Formats

Couleurs sont PARTOUT ! 

Impossible d'y échapper, de les ignorer ou même de les contourner puisqu'ils s'accumulent, se multiplient & s'agglutinent le long de nos routes, espaces verts, périphérie, abords de nos villes, villages, gares, aéroports, écoles, hôpitaux ... comme si une pandémie de m2 publicitaires avait frappé nos paysages tricolores, incluant le parachutage , voire le bombardement ... de structures urbaines décimant la carte de l'Hexagone, faisant de nous, sujets de plus en plus mobiles, des proies faciles, des cibles sans défenses à la fois victimes et prisonnières des susnommés ! 

On parle alors de POLLUTION VISUELLE ou de «*L'ensemble des dégradations infligées au paysage. Un sac plastique accroché aux branches d'un arbre est un exemple de pollution visuelle tout comme une série de panneaux de publicitaire. D'autres contraintes peuvent aussi dégrader les paysages notamment les lignes à haute tension, les routes, autoroutes ... » mais tenons-nous en aux panneaux publicitaires !

Ni la première loi de l'environnement en date du 29 décembre 1979 relative à cette problématique, ni la loi du Grenelle I de l'environnement promulguée le 3 août 2009 ni même celle du Grenelle II du 12 juillet 2010 ne semblent être appliquées (ou applicables) car force est de constater que les communes voulant« guérir » leurs administrés de la « plublicipanotomie » sont souvent timides, frileux et peu loquaces sur le sujet .

Dès lors , la question est de savoir pourquoi l'Etat met en place des lois que les préfets rechignent à faire appliquer ? 

La faute des Lobbys diront les uns, la faute d'une société consumériste immergée dans le capitalisme diront les autres, une subtile combinaison des deux crieront d'aucuns.

Le fait est qu'il semble exister une sorte de « cercle vertueux » entre annonceurs, afficheurs, lobbys et élus de la République, avec au centre du cercle (invisible pour nous sujets) une quantité faramineuse de deniers ... l'argent étant le nerf de la guerre, on comprend rapidement la sauvage sursollicitation de nos naïfs neurones ! 

D'ailleurs, même si la France compte pour moins de 7% des investissements publicitaires **, elle se situe quand même au premier rang dans le monde quant à la proportion des dépenses liée à l'affichage :

-34,8 % sont consacrés à la publicité télé

-36,6% à la pub en ligne

-15,4 % à la presse écrite 

-6,6% à l'affichage

-5,9 % à la radio

-0,7% au cinéma 

Alors si nous pouvons assimiler le fait que l'affichage publicitaire soit 

« fondamental » à la survie de notre économie, qu'il fasse partie intégrante de notre société 4.0, si nous pouvons comprendre qu'il ne disparaîtra pas de nos champs de vision demain, ni en un claquement de doigt ni même en formulant un vœu au célèbre génie d'Aladin, il semble néanmoins pertinent de repenser la manière dont on cherche à nous faire consommer!

En effet , ne serait-il pas grand temps de stopper, ou du moins essayer de réduire le gaspillage de papier lié, entre autre, au renouvellement des affiches chaque semaine ?

Prenons l'exemple édifiant de la ville de Dijon ***qui compte plus de 600 affiches de grandes tailles mises à la poubelle chaque semaine !

Entre les 440 panneaux utilisés pour la plupart recto verso et les panneaux électriques déroulant (contenant jusqu'à 3 affiches ) nous avons calculé que le poids d'une affiche est d'environ 120g/m2 soit un poids de 1440g par affiche.

Multiplié par 50 semaines et par 600, cela donne plus de 43 tonnes de déchets papiers juste pour ce type de publicité & cette étude ne tient pas compte de la pollution supplémentaire engendrée par la colle !

Quant aux panneaux utilisant de l'électricité pour faire dérouler/ou éclairer les affiches en extérieur par des spots ou/et par des néons à l'intérieur, le réseau Sortir du nucléaire nous fait savoir que la suppression de ce type de panneaux publicitaires déroulants & lumineux permettrait une économie de 200 GWh par an en France, soit l'équivalent de la production d'un réacteur nucléaire de 900MW pendant plus de 9 jours sans interruption !

Alors la publicité : oui , l'enlaidissement de nos décors français à tout prix : Non !

La Team OpenBlizz

*Source Dijon-ecolo.fr

**Source Les Échos du 7/12/2015

*** Source Dijon-ecolo.fr