La vacance commerciale

18/01/2020

Alors que les ventes en ligne ne cessent de croître : 90 milliards d'euros ont été dépensés par les français sur internet (Etude FEVAD 2018) représentant ainsi une augmentation des ventes de 13,4% par rapport à 2017, la vacance commerciale, elle, explose avec une moyenne de 11,9 % en 2018, contre 7,2% en 2012. (Etude Procos)

Si l'essor du e-commerce s'explique par la révolution des modes de consommations emmenée par les générations X, Y & Z, l'avènement du digital et à un contexte tricolore particulier (crise des gilets jaunes en 2018 & mouvements de grèves interminables en 2019) la vacance commerciale reste un phénomène symptomatique des centre villes français s'expliquant par les mutations numériques mais pas seulement. 

En effet, difficile d'ignorer les différentes politiques menées par les communes visant à redynamiser les cœurs de villes tout en validant des implantations commerciales en périphérie.

Concernant les consommateurs, eux plébiscitent toujours plus de proximité, de lien social tout en réclamant de la diversité & l'adéquation de l'offre commerciale et de la demande. 

Dès lors, la solution ne résiderait-elle pas dans la mise en œuvre d'une politique multisectorielle & volontariste menée conjointement par les associations de commerçants et de la ville permettant ainsi d'accroître l'attractivité des cœurs de villes ?

Selon nous, l'aménagement urbain, le stationnement facile à un tarif rationnel, l'accessibilité multimodale, le développement modéré de zone commerciale en périphérie, la complémentarité & la pluralité de l'offre en terme de gammes, produits et services , l'organisation d'animations combinée à une vraie communication omnicanale sont autant de pistes à explorer pour palier la vacance commerciale tout comme la désertification des villes.

Il est donc plus que jamais temps de s'interroger sur la structuration d'une démarche multi- acteurs visant à mutualiser les moyens dans une vision et des objectifs communs.

La Team OpenBlizz